Dois-je utiliser la vidéo ?

Video ou pas

Vous vous demandez si l’utilisation de la vidéo a du sens pour votre business? La réponse est OUI! Les statistiques le démontrent, les contenus vidéos sont plus efficaces que tous les contenus textes, images ou liens combinés. Nous aimons tous regarder des vidéos et elles sont le moyen le plus efficace pour générer de l’engagement, de l’audience et des ventes.

Que vous gériez un commerce local (boutique de vins, fleurs ou chaussures), une salle de concert, un bar, un resto, une société de conseil ou une ONG, la vidéo est l’outil idéal pour communiquer vos messages à l’audience ciblée. Parmi les avantages de la vidéo, notons qu’elle se consomme sans effort, qu’elle se partage facilement, qu’elle allie information et divertissement, qu’elle véhicule des émotions, qu’elle permet de montrer son côté humain, qu’elle peut être spontanée et qu’elle demande peu de temps à la cible.

Mais pour profiter de tous ces avantages, il faut connaître son message et sa cible, sinon, on veut tout dire à tout le monde, et on rate tous les objectifs. Idéalement, vous travaillerez donc en suivant les différentes étapes ci-dessous.

OBJECTIF : quel est votre objectif? Gagner en visibilité et notoriété? Générer de l’engagement (ce qui devrait être un moyen et pas une fin en soi)? Augmenter vos ventes? Promouvoir un événement? Annoncer un nouveau produit?

CIBLE : quelle est l’audience que vous ciblez? Que dit votre message et à qui est-il destiné? En général, le message définit l’audience. Dans le cas d’un jeu éducatif par exemple, le message sur les vertus éducatives du jeu s’adresse aux parents alors que le message sur le côté fun du jeu s’adresse aux enfants.

MESSAGE : c’est ici qu’il faut trouver l’adéquation entre ce que vous souhaitez dire et ce que votre audience cible aime entendre, la zone commune entre votre objectif et votre audience.

VIDEO : le moment est enfin venu de définir le type de vidéo que vous souhaitez utiliser, son format, son contenu,… et finalement de créer cette vidéo.

PROMOTION : finalement, quand la vidéo est créée, il faut en assurer la promotion sur les réseaux sociaux, sur les plateformes de diffusions de vidéos, sur votre site, dans votre newsletter, partout où se trouve votre audience cible.

Mon objectif n’est pas de vous effrayer, mais bien de vous rappelez que si vous faites n’importe quoi, juste pour avoir une vidéo, comme d’autres font n’importe quoi juste pour avoir un site web ou une page Facebook, vous allez gaspiller votre argent et votre temps, ce qui n’est certainement pas votre objectif (et nous voici de retour à la première étape du processus!).

Les 5 prérequis de la vente de vin en ligne

e-commerce vin

Les candidats golden boy de la vente de vin en ligne sont nombreux, on les croise dans les accélérateurs de start-up, les meilleurs bars à vin et les grands salons, dans la zone dédiée aux nouvelles technologies. Je n’ai pas la recette miracle pour la création d’un site de vente de vin sur internet qui cartonne, mais je pense avoir identifié quelques prérequis qui, lorsqu’ils font défaut, expliquent l’échec rapide de certains projets.

1 – Avoir accès au vin

Si on caricature un peu, il y a des vins qui se vendent sans efforts et d’autres qui n’éveillent pas l’ombre d’un soupçon d’intérêt auprès des consommateurs. Les vins qui se vendent bien étant connus du grand public et des différents réseaux de distribution, il n’est pas certain qu’il en reste pour le petit nouveau que vous êtes, soit parce que les volumes sont limités, soit parce que vos concurrents ont déjà monopolisé la distribution des flacons en question. Il vous faudra absolument obtenir des allocations de vins de premier choix pour crédibiliser votre activité et permettre aux consommateurs de trouver quelques repaires dans votre offre. Première recherche en visitant un nouveau site de vente de vin? Mon vin favori pour voir si vous le vendez et à quel prix. Si vous l’avez à un prix raisonnable, je suis directement mis en confiance et j’ai envie de poursuivre l’aventure. Si je ne connais aucun de vos vins, il s’agit d’avoir un site qui, à l’instar d’un caviste ou conseiller vin, peut me prendre par la main pour m’aider à identifier le vin qui correspond à mes goûts. Reste à croiser les doigts pour que je fasse un essai.

2 – Avoir un site web adapté au vin

Comme tous les sites de vente en ligne, il faudra un site agréable, rapide, responsive, avec une navigation facile et intuitive, au contenu précis et différenciant, qui me permette de trouver le vin que je cherche ou me suggère les vins qui peuvent me convenir.

Avant toute chose, on veillera à identifier parfaitement chaque vin. Le nom doit être correct, le millésime doit être correct, la photo doit être correct. Si j’ai un doute quant à ce que j’achète, je laisse tomber, pas envie de prendre le risque de me retrouver avec du Mouton Cadet quand je cherche du Mouton Rothschild. De même, quand je cherche du 2010, je n’ai pas envie de recevoir du 2013.

Ensuite, il faudra compléter la présentation de chaque produit avec une brève présentation, un petit conseil de dégustation (température, accords mets-vins, garde), les cépages, les notes d’experts, ou mieux encore, votre avis. Et oui, pour arriver à vendre de nouveaux vins, qui vous différencient de vos concurrents, il faudra développer vos compétences et votre crédibilité en tant que prescripteur.

3 – Maîtriser la logistique

Une bouteille de vin, c’est lourd et fragile. La logistique est donc compliquée et coûteuse. Soit vous gérez vous-même, soit vous faites confiance à un prestataire spécialisé, ce qui est probablement la meilleur option, vu que vous avez déjà suffisament d’autres compétences à acquérir.

4 – Avoir les finances

Le vin, c’est cher et le décollage d’un site de vente en ligne, c’est toujours beaucoup plus long que prévu dans le business plan. Il vous faut donc avoir les reins suffisament solides pour tenir le temps d’attendre une éventuelle rentabilité. Mais il vous faut également être en mesure de financer vos achats de vin et les stocks immobilisés. Une alternative est l’approche que je qualifie d’ « Uber Wine » qui consiste à vendre du vin sans en avoir (comme AirBnB vend des chambres sans en avoir, ou Uber qui vend des trajets sans en avoir). Le meilleur modèle pour cela est la vente privée ou l’abonnement mensuel.

5 – Avoir les clients

Et finalement, il vous faut des clients. Et même si votre famille et vos amis sont des assoiffés remarquables, ils ne seront pas en mesure de vous amener à la rentabilité. Il vous faut donc recruter des clients, ce qui fonctionne plus ou moins bien via les différents supports de communication online et les actions offlines. Mais tout cela a un coût, on compte plus de 50 euros pour l’acquisition d’un nouveau client. Si votre business plan repose sur 1.000 clients, il faut déjà prévoir minimum 50.000 euros de budget de recrutement pour commencer, et là, je me montre particulièrement optimiste 😉

En conclusion, loin de moi l’idée de décourager les futurs rois de la vente de vin en ligne, juste l’envie de vous éviter de brûler toutes vos belles économies en quelques mois dans un projet voué à l’échec.

Quels vins vendre sur le site de vente de vin en ligne ?

blind tasting
La première question que je pose paraît souvent débile à mon interlocuteur candidat golden boy de la vente de vin online. Qu’allons-nous vendre ? Ben du vin pardi, et du bon ! La bonne nouvelle, c’est qu’on se limite au vin, parce qu’il n’est pas rare que l’on veille en profiter pour vendre des cave à vin, des tabliers, des verres et carafes, pourquoi pas des cours, quelques animations à domicile, des voyages dans les vignobles et même un meet and greet avec Robert Parker.

Il reste quand même à définir quel type de vin. Des grands crus prestigieux et rares ? Des vins naturels ? Des vins bio ? Des vins de Bordeaux ? Des vins de France ? Des vins du Portugal ? Des vins d’Afrique du Sud ? Des vins pas cher ? Ce serait pas mal de choisir… parce qu’une fois qu’on a choisi ce que l’on veut vendre, il faut s’assurer que l’on a bien accès aux vins en question, en quantités suffisantes et à des prix concurrentiels.

En gros, il faut pouvoir se procurer le vin à un prix qui permet de le vendre avec minimum 30% de marge, sans être plus cher que les concurrents. Simple, non ?

Pour un projet à lancer from scratch, il est vraiment important de commencer par identifier les vins que l’on souhaite vendre, car cela permettra ensuite d’identifier clairement la clientèle visée.