Généralement, j’estime que les clients des banques se plaignent trop facilement et je prends facilement la défense de ces banques mastodontes dont les employés ne sont pas tous de mauvais bougres. Tout cela est certainement influencé par ma carrière d’avant le guide du vin Vinogusto : je travaillais dans une banque 😉

Mais cette fois, c’est à mon tour d’être victime du manque absolu d’égard vis-à-vis du client dont peuvent faire preuve les dinosaures bancaires. Dans mon cas, il s’appelle BNP Paribas Fortis. L’histoire est courte, mais elle illustre très bien l’esprit jurassique de ces boîtes.

J’avais donc un petit coffre dans une agence et celle-ci va fermer, je suis donc invité à venir vider mon coffre (ben oui, les agences BNP Paribas Fortis ferment les unes après les autres, donc, plus besoin de déménager pour qu’on vous organise un changement d’agence régulièrement). Mon coffre étant vide, j’ai demandé à pouvoir renvoyer ma clé et une déclaration assurant qu’il est vide, mais non, il faut venir à l’agence et montrer qu’il est vide, ok, un demi-jour de congé et on y va.

Sur place, je mets la clé, le code à 3 lettres que je connais vraiment par coeur et… pas moyen d’ouvrir. J’assure à l’employée que je connais mon code, et que je sais également que les coffres ne sont pas toujours faciles à ouvrir mais sa réponse est plutôt arrogante et méprisante : « Vous avez oublié votre code, c’est dommage, on va devoir faire venir un serrurier à vos frais. » Je refuse tout net, mon code est bon, c’est le coffre qui ne fonctionne pas, hors de question que je revienne et encore moins que je finance un serrurier parce que vos coffres ne fonctionnent pas bien. Et bien si vous ne venez pas, il y aura les frais d’huissier en plus lors du percement du coffre en votre absence. Je quitte l’agence en précisant qu’il était hors de question que je paie tous ces frais…

Quelques semaines plus tard, coup de téléphone sympathique qui m’invite à venir essayer d’ouvrir mon coffre en présence d’un serrurier et un huissier. Bon, nouveau demi-jour de congé et j’y vais. Je mets la clé, je fais mon code, ça ne marche toujours pas, on attend le serrurier 30 minutes. Je recommence l’opération en sa présence, il fait une grimace qui en dit long dans le genre « j’ai compris c’est comme d’habitude encore un coffre grippé », il sort son marteau, frappe sur ma clé et le coffre s’ouvre : « Monsieur avait raison, son code est correct ! ».  Et c’est là que l’employée qui m’a accueilli lors de ma première visite me dit : « Voilà, c’est super, vous ne devrez pas payer les frais d’ouverture ».

Mais non de dieu, j’aurais aimé avoir au minimum des excuses pour les 2 demi-jour perdus, les accusations, la façon dont ils m’ont traité, et le fait que j’ai du démontrer que je n’étais pas coupable d’amnésie !!! BNP Paribas Fortis Sucks !